Actualité artistique

Florian Ebner prend la tête du cabinet de la photographie du musée national d’Art moderne

connaissance des arts -

Né en 1970 à Regensburg (Allemagne), Florian Ebner travaille depuis vingt-cinq ans dans le champ de la photographie et de l’art contemporain. Il commence par enseigner la photographie à l’Académie des arts visuels de Leipzig et monte de nombreuses expositions sur la photographie moderniste et contemporaine. Il dirige depuis fin 2012 le département de photographie du Musée Folkwang à Essen après avoir été responsable de la collection de la Berlinische Galerie en 2008-2009 et directeur du Musée de la photographie de Braunschweig, de 2009 à 2012. En 2015, il était commissaire du Pavillon allemand de la Biennale de Venise.

Cet article Florian Ebner prend la tête du cabinet de la photographie du musée national d’Art moderne est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Le château de Breteuil retrouve son salon des jeux et sa bibliothèque Louis XVIII

connaissance des arts -

Le salon des jeux meublé d’une table de trictrac et de mobilier Louis XVI, rouvre au public après avoir subi des travaux de peinture afin de lui redonner son éclat. De même pour la bibliothèque de Louis XVIII, toute tapissée de vert et décorée de boiseries. On trouve dans cette pièce le fauteuil roulant de Louis XVIII, légué par le roi en personne en 1824 à Charles, le cinquième Marquis de Breteuil. La bibliothèque renferme également une collection de vingt-six livres anciens, offerte par Charles X quelques mois avant sa chute en 1830. Les travaux de restauration de ces deux pièces ont été entièrement financés par le château. Ces vacances de printemps sont l’occasion de découvrir également une nouvelle scène des contes de Perrault dans la cour des écuries.

Cet article Le château de Breteuil retrouve son salon des jeux et sa bibliothèque Louis XVIII est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Flash expo : Rencontre avec Josette Rasle, commissaire de l’exposition Bernard Rancillac à l’espace Niemeyer

connaissance des arts -

Dans cette huitième vidéo, rencontre avec Josette Rasle, commissaire de trois expositions sur Bernard Rancillac :  « Bernard Rancillac, rétrospective » à l’Espace Niemeyer à Paris, à la Maison Triolet-Aragon et « Bernard Rancillac, les années Pop » au Musée de l’Abbaye Sainte-Croix des Sables d’Olonnes.

Cet article Flash expo : Rencontre avec Josette Rasle, commissaire de l’exposition Bernard Rancillac à l’espace Niemeyer est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Achetez-vous une photo d’Art : Dawn Lightgraff, Hypnotic

connaissance des arts -

Le cliché ainsi obtenu révèle alors tous les tracés lumineux dus soit à l’exposition directe du capteur à la/aux source(s) lumineuse(s), soit aux objets/sujets éclairés. Le photographe américain Man Ray, pionnier de la technique, a réalisé plusieurs oeuvres utilisant cette technique dès 1937.

Vous pouvez acquérir cette photo sur notre site internet via ce lien.

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Instagram.

Cet article Achetez-vous une photo d’Art : Dawn Lightgraff, Hypnotic est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Un nouveau toit pour les métiers d’art

connaissance des arts -

Ceux-ci sont en effet les parents pauvres de la création, sans doute pour leur côté trop manuel, pas assez intello. Pourtant, depuis quelques années et grâce aux efforts de l’Institut national des métiers d’art, des Ateliers d’Art de France et de quelques mécènes comme la Fondation Bettencourt Schueller ou la Fondation Banque Populaire, les métiers d’art ont fait de grands pas en avant : rendez-vous annuel avec l’ouverture des ateliers, salon professionnel biennal, évolution des statuts de deux cent quatre-vingt-un métiers d’art (voir notre éditorial du hors-série Les métiers d’art en France 2017, qui vient de sortir)… Avec la création de cette maison LVMH Arts-Talents-Patrimoine, les métiers d’art auront un lieu permanent où montrer l’excellence des savoir-faire et les liens qu’ils entretiennent avec les industries du luxe. Le choix de l’ancien musée des Arts et Traditions populaires, construit laborieusement entre 1959 et 1975 par Jean Dubuisson au bois de Boulogne, est également important, puisque cette entité sera située à deux pas de la Fondation Louis Vuitton, qui draine des foules pour ses grandes expositions (1 205 063 visiteurs pour la Collection Chtchoukine, la plus haute fréquentation jamais enregistrée pour une exposition d’art en France). Le bâtiment, qui est propriété de la Ville de Paris, depuis le transfert des collections des ATP vers le MuCEM de Marseille en 2013, sera restauré et relu par l’architecte Frank Gehry. Les travaux devraient durer trois ans et ce nouveau lieu pourrait accueillir expositions, concerts (une salle de deux à quatre mille à places) et ateliers d’artistes, en lien avec la Fondation Vuitton. La partie métiers d’art à proprement parler consiste en la création d’une Académie regroupant un centre de documentation et des ateliers pour les artisans d’art. Leur ouverture au public scolaire correspond bien au concept de l’Institut des métiers d’excellence LVMH, qui veut pérenniser, diffuser les savoir-faire et susciter de nouvelles vocations. Au vu des problèmes actuels de recrutement de main-d’œuvre spécialisée dans ces précieux métiers de feutrier, gainier ou plumassier, l’initiative a du bon. Coût du projet : plus de cent cinquante millions d’euros. Lancement des travaux : septembre 2017. Ouverture prévue : 2020.

Cet article Un nouveau toit pour les métiers d’art est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

La chorégraphe et plasticienne Trisha Brown meurt à 80 ans

connaissance des arts -

Née en 1936 à Aberdeen (Washington), Trisha Brown fait ses études de danse au Mills College en Californie avant de déménager à New York en 1961. Une fois arrivée dans la métropole, elle intègre le collectif artistique avant-gardiste  «  Judson Dance Theatre ». Elle collabore avec des figures telles que Steve Paxton, Fred Herko ou Yvonne Rainer. C’est cette expérience qui sera essentiellement formatrice pour l’artiste puisqu’elle la mènera à s’ancrer pleinement dans la danse postmoderne. Affranchie ainsi des préceptes académiques, Trisha Brown dévoue sa carrière à exploiter le potentiel expressif du corps. Lieu d’expérimentation et d’épanouissement créatif, le corps devient pour Trisha Brown un véritable pinceau, possibilité créative qu’elle investit d’ailleurs de manière littérale dans plusieurs de ses performances. À la frontière entre la danse et la performance, le travail de Trisha Brown a longuement suscité l’intérêt du monde de l’art. En plus de ses notoires collaborations avec Robert Rauschenberg, Laurie Anderson et Donald Judd, le travail de l’artiste a aussi été exposé dans de nombreuses institutions artistiques, la plus récente étant en 2016, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain.

Cet article La chorégraphe et plasticienne Trisha Brown meurt à 80 ans est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

La ministre de la Culture Audrey Azoulay postule pour l’Unesco

connaissance des arts -

Est-ce pour faire suite à son travail sur le patrimoine effectué pendant sa mandature à la tête du ministère de la Culture ? Est-ce pour ses liens avec le Maghreb puisqu’elle est la fille du conseiller du roi du Maroc et qu’aucun candidat d’un pays arabe n’a jamais dirigé cette grande institution qu’est l’Unesco ? La réponse est sans doute entre les deux. La ministre de la Culture affirme dans Le Monde que sa « candidature est une ambition pour la France, et pour moi un défi qui a du sens. Cela a une utilité dans le monde d’aujourd’hui et celui de demain, et c’est cohérent avec ce que la France porte comme valeurs, avec ce que ce gouvernement a défendu ». La ministre fait ainsi allusion au rapport commandé par François Hollande à Jean-Luc Martinez, le président du Louvre, et au fonds de protection du patrimoine en danger en temps de conflit, c’est à dire quelque 75 millions de dollars que la France, les Émirats Unis et l’Unesco devraient tenter de réunir à cet effet.

Cet article La ministre de la Culture Audrey Azoulay postule pour l’Unesco est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Plus de deux millions d’euros pour L’Éternel Printemps de Rodin

connaissance des arts -

Probablement fondue du vivant de l’artiste, la sculpture portait le cachet de la fonderie Griffoul et Lorge. Elle reprenait une composition qui devait trôner en haut de la Porte de l’Enfer mais dont Rodin, finalement, n’a gardé que le torse d’Adèle. La première version de L’Éternel Printemps a été fondue en une dizaine exemplaires et celui-ci a probablement bénéficié de la riche actualité Rodin à Paris avec, entre autres, l’exposition du centenaire au Grand Palais.

Cet article Plus de deux millions d’euros pour L’Éternel Printemps de Rodin est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Disparition du généreux banquier David Rockefeller

connaissance des arts -

Né en 1915 à New York, David Rockefeller était le sixième enfant de John Davidson Rockefeller, le fils de John Rockefeller, et d’Abigail Greene Aldrich. Titré d’Harvard et de l’Université de Chicago, il avait commencé sa carrière à la mairie de New York puis à la Chase National Bank. A la suite de la fusion de celle-ci avec la Bank of the Manhattan Company, il en devient le vice-président puis le président jusqu’en 1981. Sa fortune était estimée à 3, 3 milliards de dollars. Dans le monde artistique, il est principalement connu pour son impressionnante collection d’œuvres d’art (Gainsborough, Monet, Seurat, Bonnard, Renoir, Matisse, Klee) et pour ses actions en faveur du Museum of Modern Art, un musée dont sa mère était déjà mécène. Il finança, entre autres, la réalisation du jardin de sculptures de la 54e Rue par l’architecte Philip Johnson en 1949. Il fut bien évidemment très lié au Rockefeller Center dont David Rockefeller assura les travaux de restauration et en particulier de la statuaire Art Déco. A sa mort, le MoMA ainsi que Harvard et l’Université Rockefeller de New York devraient se partager à parts égales les quelque trois cents millions de dollars que David Rockefeller avait promis. Il avait publié ses Mémoires en 2002, traduites en français en 2006 pour les éditions de Fallois.

Cet article Disparition du généreux banquier David Rockefeller est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Zoom sur les verres filés à la galerie Sylvie Lhermite-King

connaissance des arts -

Formidable itinérance dans l’univers des verres filés de la Renaissance au XXe siècle, cette exposition organisée sous l’œil averti de la galeriste Sylvie Lhermite-King, expert reconnu en la matière, présente des pièces très diverses : figurines, objets et boîtes dites « paradis » –- véritables tableaux animés en trois dimensions. Très spécifique, la technique du verre filé est élaborée à partir de baguettes de verre coloré qui sont chauffées « à la lampe » pour être ramollies puis modelées à leur guise par les maîtres verriers, appelés en l’occurrence « émailleurs ». Cette technique est décrite en détail dans la fameuse Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. La majorité des pièces de cette exposition provient de prêts de collectionneurs et d’un musée privé, et n’est donc pas à vendre. Un tout petit nombre l’est, avec des prix allant de 2000 € à 20 000 €. Pour marquer l’événement, un catalogue est publié par la galerie À la Façon de Venise, avec des reproductions de toutes ces pièces inédites illustrant la vitalité de la technique traditionnelle du verre filé à travers les siècles, et dont la virtuosité et la plasticité extraordinaire ne cessent de fasciner.

Cet article Zoom sur les verres filés à la galerie Sylvie Lhermite-King est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Appel aux dons pour restaurer la maison de Victor Hugo à Guernesey

connaissance des arts -

Un seul regard sur la maison parisienne de Victor Hugo suffit pour constater que l’on pénètre dans la demeure d’un homme qui était aussi bien un artiste plasticien qu’un écrivain. Car si la facette de Victor Hugo dessinateur est souvent méconnue du grand public, celle de Victor Hugo décorateur l’est encore davantage. C’est afin de préserver ce regard de plasticien et ce talent d’aménageur que Paris Musées et la Fondation du patrimoine lancent un appel aux dons pour restaurer  Hauteville House, la maison occupée par Victor Hugo le temps de son exil à Guernesey de 1856 à 1870. L’opération de crowdfunding cherche à réunir les fonds suffisants pour restituer ces décors singuliers souvent endommagés par des intempéries et le passage du temps. Toute donation peut être effectuée de manière immédiate via le site web de la Fondation du patrimoine.

Cet article Appel aux dons pour restaurer la maison de Victor Hugo à Guernesey est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

À Chantilly, noblesse oblige !

connaissance des arts -

Aménagé dans le « Petit Château » Renaissance, seule partie de la demeure ancestrale des Condé épargnée par la Révolution, le nouveau Cabinet d’arts graphiques occupe d’anciens appartements destinés aux parents et invités du duc et de la duchesse d’Aumale. Ces cinq salles au décor classé ont été restaurées sous la direction de Pierre-Antoine Gatier, au terme d’une minutieuse enquête pour en connaître l’état au moment de la mort du duc en 1897. Cette restauration, d’un coût de 2 286 135 €, a été menée à bien grâce au mécénat privé et à la participation de l’État. Les lambris ont retrouvé leur belle couleur taupe, leurs tableaux et leurs trumeaux restaurés, les cheminées de marbre leurs garnitures de bronze doré, restaurées elles aussi. Rideaux et passementeries ont été retissés. Signée David Sicilia, l’élégante muséographie s’insère avec respect dans cet écrin. Une cimaise portant à la fois les éclairages et le système d’accrochage des cadres ainsi qu’un mobilier modulable permettent de s’adapter aux présentations temporaires. La manifestation inaugurale présente quarante-cinq feuilles de la Renaissance italienne, entre Venise et Florence, parmi les fleurons de cette collection d’exception.

Cet article À Chantilly, noblesse oblige ! est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Un évangéliaire de plus de 1000 ans est racheté par l’Allemagne, son territoire d’origine

connaissance des arts -

Composé en 980 par le scribe Gerwardus, l’évangéliaire de l’Abbaye de Liesborn était l’une des possessions les plus précieuses du diocèse de Münster. Le livre, entièrement fait à la main, contient les quatre évangiles lus lors des liturgies, à savoir ceux de Mathieu, Marc, Luc et Jean. Conservé dans l’abbaye jusqu’à sa fermeture en 1803, le manuscrit a ensuite été vendu à des collectionneurs pour finir dans les mains du groupe de marchands de manuscrits américain « Les Enluminures ». Suite à de longues négociations avec le groupe, le gouvernement allemand a racheté le livre pour une somme de près de 3 millions de dollars à la TEFAF de Maastricht, mettant fin ainsi à son parcours. L’évangéliaire sera bientôt réexpédié à son pays d’origine, qui en fera un trésor national.

Cet article Un évangéliaire de plus de 1000 ans est racheté par l’Allemagne, son territoire d’origine est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Jean-Paul Goude donne une centaine d’œuvres au Centre Pompidou

connaissance des arts -

La donation de Jean-Paul Goude rassemble toutes les techniques utilisées par l’artiste dans son travail : tirages photographiques, dessins, collages, storyboards, ektachromes découpés, vidéos … Dans la donation figure aussi un très rare carnet de dessins de 1989 pour la création du défilé du Bicentenaire de la Révolution française. Jean-Paul Goude est également l’invité d’honneur du dîner annuel de la Société des amis du Musée national d’art moderne. À l’occasion des 40 ans du Centre Pompidou et pour le dîner, il a créé une installation Grand Bal à Pompidou qui prendra place au cœur du Centre Pompidou, du Forum au niveau 6.

Cet article Jean-Paul Goude donne une centaine d’œuvres au Centre Pompidou est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Cheyenne Westphal devient présidente de Phillips

connaissance des arts -

La maison de vente Phillips avait annoncé en mai 2016 l’arrivée de Cheyenne Westphal « la meilleure dans le business », selon les mots d’Edward Dolman, le PDG de Phillips. En tant que présidente de la maison, elle travaillera de concert avec Edward Dolman et Bart van Son, le nouveau directeur international.

Cet article Cheyenne Westphal devient présidente de Phillips est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Les manuscrits et autographes, acquis par le biais d’Aristophil, bientôt sur le marché de l’art

connaissance des arts -

Selon Le Figaro, plus de 18 000 personnes avaient investi au moins 850 millions dans 130 000 lettres et manuscrits à travers la société Aristophil. En août 2015, la société a été mise en examen pour escroquerie en bande organisée et blanchiment pour fraude fiscale de son fondateur, Gérard Lhéritier. Deux ans plus tard, le tribunal de grande instance a rendu son jugement permettant prochainement la mise en vente de ces documents : des lettres de Louis XVI datant de la fuite à Varennes, de Marie Antoinette en passant par des manuscrits de Napoléon, de Charles de Gaulle ou de Saint-Exupéry que Gérard Lhéritier avait acquis puis vendu en indivision. Les ventes publiques seront orchestrées par plusieurs maisons de ventes aux enchères, et plus particulièrement la maison Aguttes qui joue un rôle central dans cette opération. En effet, le tribunal de commerce a nommé cette maison de vente pour conserver les documents afin qu’elle puisse trier, classer et inventorier les indivisions. Claude Aguttes a déclaré que les premières ventes se dérouleront d’ici à la fin de l’année. Ces ventes permettront ainsi aux investisseurs de récupérer une partie de leur mise de départ.

Cet article Les manuscrits et autographes, acquis par le biais d’Aristophil, bientôt sur le marché de l’art est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Salons : Drawing Now continue son ascension

connaissance des arts -

Si 80% des galeries reposent leur candidature chaque année, le nouveau comité n’a, quant à lui, repris que deux tiers des exposants par rapport à la précédente édition. Mais pour Carine Tissot, directrice de la foire, deux tendances continuent de se détacher avec, d’un côté, une quinzaine de marchands prenant le risque de dédier une majorité de leur espace à un seul, voire deux artistes. « Au niveau de la visibilité et de la lisibilité, cela donne des accrochages très qualitatifs et de nombreux travaux pensés pour l’occasion, car nos exposants souhaitent jouer la carte de l’événementiel au sens noble du terme. » Ainsi, parmi les soixante-douze participants, Virginie Louvet y fait ses premiers pas, accompagnée d’Antoine Carbonne, jeune artiste qui s’est jusque-là illustré davantage par ses huiles sur toile. Il dévoile ce qu’il nomme des œuvres « sur la brèche entre les deux médiums et explorant la situation limite de la peinture sur papier », à partir de 2000 €. L’une des forces de ce salon est en effet de pouvoir proposer des pièces très attractives pour les nouveaux ou les jeunes collectionneurs, notamment chez Anne de Villepoix, Heike Strelow, Iragui, Maïa Muller, Nosbaum Reding ou Odile Ouizeman, avec des feuilles commençant à quelques centaines d’euros.

 

Cet article Salons : Drawing Now continue son ascension est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Pages